La Présidentielle en France ou le Frexit La Présidentielle en France ou le Frexit
En France le 7 mai prochain, il arrivera le second tour de la présidentielle, la plus importante des élections européennes. Précédée des scrutins ... La Présidentielle en France ou le Frexit

En France le 7 mai prochain, il arrivera le second tour de la présidentielle, la plus importante des élections européennes. Précédée des scrutins  au mois de mars dernier aux Pays-Bas, et qui ont été gagné par Mark Rutte. Les Néerlandais ont voté contre les extrémistes et pour l´Europe. Ils ont vaincu la droite populiste du PVV, de Geert Wilders qui s´est prononcé en faveur du nationalisme économique. Il sera le 24 de septembre prochain, en Allemagne, lors de l´élection des membres de la Bundestag, quand une véritable lutte électorale se déterminera par la chancelière Angela Merkel, réélue à la tête du parti qu’elle préside depuis 2000 (CDU-Union chrétienne-démocrate), et qui représente encore l´intérêt par le cadre de l´intégration européenne. Contrairement à l´ex-présedent du Parlement européen Martin Schulz (SPD-Parti social démocrate, le plus vieux parti  d´Allemagne, fondé en 1875 sous Bismarck) , son adversaire que coude-à-coude la bouscule à cinq mois des législatives.

En France, le premier tour 2017 s´est déroulé le 23 avril, des habitants se sont rendus aux urnes pour choisir parmi onze candidats. Les gagnants, Emmanuel Macron (En marche) a obtenu le 24.01% de votes, suivi de Marine Le Pen (Front National) à la deuxième place, avec un pourcentage de 21.30%. Sur un plan géopolitique, on doit considérer que dans les 27 pays qui composent l´Europe, il y a des différences tout à fait évidents, qui nous permettent bien comprendre la définition de deux Europes, celle du nord et celle du sud, en plus, l´idée du vieux Royaume-Unis qui a apporté, conjointement avec les États-Unis, le modèle économique mondial bien connu comme globalisation. Il s´agit de la mondialisation financière créé en 1979 par Margaret Tatcher et reprise ailleurs par le ex-président américain R. Reagan. On sait déjà que cette politique de mondialisation a abouti jusqu´à une situation de chaos et déclin aux marchés internationaux. Aussi, en L´Amérique Latine et en Europe, elle a listé des nombreux pays  qui sont tombés et souffert d´un fort endettement. C´est le cas des dits « Piigs » (en anglais : porcs), le Portugal, l´Italie, l´Irlande, l´Espagne, et la Grèce. Particulièrement, parce que on a vu la chute du marché du travaille et de la main d´œuvre des classes moyennes. Ce sont les mêmes qui ont voté par le gouvernement populiste de D. Trump, en bénéfice d´un nationalisme économique mis-en-œuvre à partir du capital-risque et de la spéculation financiers.

Horizontum. La Présidentielle en France ou le Frexit

Á partir de ce contexte-là on peut envisager les paroles de soutien exprimées par l´ex-président américain Barack Obama à la candidature de Macron : « Je n´ai pas l´intention de m´impliquer dans beaucoup d´élections. Maintenant que je ne me présenterai plus en tant que candidat. Mais l´élection française est d´une importance capitale pour l´avenir de la France et les valeurs que nous chérissons, parce que la réussite de la France importe au monde entier. J´admire la campagne qu´Emmanuel Macron a menée. Il a défendu des valeurs libérales. Il a mis en avant le rôle important que la France joue dans l´Europe et dans le monde. Il s´est engagé pour un avenir meilleur pour les francais… ».

Ces scrutins français définiront le destin de l´Union Européen, sa possible désintégration en face de la crise politique, financière, et militaire provoquée pour le déclenchement du Brexit, et par le rapport avec la nouvelle administration présidentielle américaine. Telle affirmation repose sur le fait que la France est le pays de plus vastes capacités nucléaires parmi les autres puissances Continentaux. C´est à dire, si la France reste partenaire de l´Europe on peut compter que le pouvoir atomique du pays gaulois, sans aucune doute, signalera la direction politique, l´alliance et la protection militaire qui a besoins le Continent. La France de la droite conservatrice, En Marche de M. Macron, préfère conserver le système financier de l´euro comme la monnaie- bancaire inclusive de l´Union Européenne, autrement dit, continuer la stratégie commerciale.

En revanche, Mme. Le Pen, la droite extrême et de la suprématie répond a la chute réelle de l´euro et l´explique par le fait que le développement économique des États Unis et de l´Allemagne sont plus fort que celui de l´Europe. Mais cela entraîne également un ralentissement de la croissance européenne. Elle soutienne l´inévitable morte régionale de tel partenariat, elle observe une France soumise par l´Allemagne et par la menace du monde islamique.  Elle défend  l´idée d´ une vielle France millénaire à la tête du Continent, et gardée par des frontières qui empêcheront la libre migration.  Paradoxalement, lisons nous les derniers mots qui ont été adressés aux citoyens français d´outre- mer (ce statut concerne la Guadalupe, la Guyane, la Martinique, Mayotte et La Réunion). Le département et région francophones sont les plus pauvres, à propos: « Vous français d´outre-mer que vous voulez accédez à la modernité, vous français d´outre-mer que vous voulez qu´on respecte vos traditions, vous français d´outre-mer si loin des  yeux et si près de mon cœur ; aidez moi à emporter cette espérance à la Présidence de la République, aidez moi redresser notre patrie , à remettre notre état en ordre, à restaurer réellement  la grandeur, la fierté, la prospérité de la France, de toute la France.. ».

 

Horizontum. La Présidentielle en France ou le Frexit

Il y a sur la scène internationale deux conflits transatlantique, l´Ukraine et la Syrie, attachés aux questions qui confrontent la position géopolitique de France, et face à l´hégémonie trilatérale de la Chine, la Russie et les États-Unis. Au même temps, il faut se rappeler que ces nations possèdent  et contestent la direction politique de la course nucléaire qui met toujours en péril la paix et la sécurité régionales. En conséquence, dans ces élections France gardera ses liens avec l´hégémonie américaine ou bien, elle changera  plus radicalement en tournant par une coalition proche à la Russie.

Après le premier débat, En Marche a gagné le 24.01% de l´approbations de l´électorat français, tandis que le Front National a obtenu le 21.30%. Mais, sur l´échiquier politique se battent aussi les indécis. Le pourcentage a atteint  le  22, 23 %. Une partie importante de la population hésite entre deux candidats qui ne réussissent encore à conquérir la confiance et l´approbation des citoyens. Qui est le moins mauvais d´entre eux ?  Au second tour, les jeux sont faits parmi les conservateurs, c´est pourquoi, on lit dans la presse : « La République a besoin de chiens de garde », aux rues parisiennes la peur est sortie, la marche de protestation des jeunes étudiantes s´exprime contre  la façon d´agir de l´extrême droite.

D´ailleurs, le leader de la France insoumise, a mis en garde ses électeurs contre la « terrible erreur » de donner le vote en faveur du Front national. Par exemple,  à Paris, pour certains voisins des quartiers riches la mise en place du FN serait « terrible, tragique, une catastrophe, un pas en arrière au XIX siècle ». En conséquence, la candidature de Macron a remobilisé les français des couches les plus populaires, les votes blancs et les indécis. Comme ça, Jean-Luc Mélenchon a suggéré Emmanuel Macron considérer aux électeurs, en particulier les  « insoumis » à travers l´élimination de son projet de réforme du code du travail. Ainsi, les habitants des quartiers défavorisés, des travailleurs, des salariés et des ouvriers sont en garde.  Ils sont levés encore une fois pour lutter : « si on est français on reste en France pour résoudre nos problèmes », ils vont devoir faire face à l´édification nationale,  à l´édification de la Sixième  République.

Actuellement, aucune région du monde c´est libre de la confrontation entre la manière traditionnelle de gouvernance et le désir de changement de vie des peuples.  Evidement, le deuxième débat les candidats se sont battus à la conquête du vote des indécis. Mais, par la suite au débat, la presse internationale a reproduit le discours du malaise et de méfiance des votants autour des deux projets éloignés de l´esprit des plupart des français qui ne semblent pas être représentés.


Andrea M. Motta

Andrea M. Motta A, Arts du spectacle Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Lettres Modernes et doctorante en Philosophie UNAM